Qui suis-je ?

Je suis une jeune femme passionnée par le féminin, la grossesse, les enfants et la parentalité.  J’aime profondément accompagner les personnes dans ces différentes étapes de vie.

Je suis ergothérapeute spécialisée en pédiatrie, naturopathe hygiéniste, facilitatrice de cercles de femmes, accompagnante à la parentalité bienveillante et instinctive, praticienne en massage cupping et prochainement professeur de yoga.

Je suis un petit bout de femme dynamique, passionnée, qui mène plusieurs projets à la fois car les idées ne manquent pas. J’ai tendance à brûler la vie par les deux bouts, c’est mon tendon d’Achille. Je suis douce, maternante et déterminée.

Pour moi le maître mot de la vie en santé est l’EQUILIBRE. Je ne suis aucun dogme. À mes yeux, il n’existe aucune vérité absolue.

Mon unique but est que chaque personne que j’accompagne trouve son chemin et crée sa propre vérité qui répondra à ses besoins. Sa vérité ne sera pas la même que la mienne ou que celle de son voisin et c’est très bien ainsi, nous sommes tous différents. On ne naît pas tous égaux, nous avons des contextes de vie, des métabolismes, une vitalité, une gestion des émotions, un mental, un fonctionnement différent. Pour vivre en santé, chacun doit trouver sa vérité et écrire sa propre histoire. Celle des autres ne sont que des outils pour nous aider à créer notre propre chemin.

C’est ceci qui me passionne, accompagner chaque personne à se découvrir, se connaître, expérimenter, comprendre son fonctionnement métabolique, émotionnel et mental afin qu’elle puisse créer elle-même sa palette d’outil lui permettant d’être autonome dans sa santé.

Mon meilleur allié dans mes accompagnements est mon instinct, il me guide sur quel outil proposer, quelle sphère accompagner, quel mot employer pour déclencher des prises de conscience, quelle posture adopter pour entrer dans ton univers.

Mon parcours, mon histoire : de la paramédicale à la thérapeute holistique.

Après l’obtention de mon Baccalauréat j’ai réalisé une première année de médecine puis j’ai intégré la filière de l’Ergothérapie, j’avais trouvé une de mes voies, accompagner vers l’autonomie les enfants extraordinaires. Dès mon cursus de formation, je me suis spécialisée en neuropédiatrie (TDAH, autisme, troubles des apprentissages, AVC…).

 

Une fois diplômée, il a alors été tout naturel pour moi d’accepter une ouverture de poste dans ce domaine. J’ai alors travaillé pendant 4 ans à l’hôpital dans 3 services et plusieurs centres de références : neuropédiatrie, centre de référence des maladies métaboliques, centre de référence des maladies neuromusculaires de l’enfant, centre de référence des Troubles des apprentissages, CAMSP.

Ces années ont été très enrichissantes au niveau de l’acquisition de connaissances et de la pratique mais aussi épuisante car la reconnaissance professionnelle à un prix que sont les heures de travail à n’en plus finir. J’avais un rythme de vie très intense, je prenais peu soin de ma santé, je mangeais sur le pouce, quand c’était possible, des sandwichs de la cafétéria, je fumais pour me calmer, je buvais du coca pour me donner de « l’énergie »… Mais j’étais une professionnelle reconnue dans mon domaine de compétences. Il paraît que tout à un prix, et je l’ai vite compris. J’ai alors développé une maladie auto-immune (la maladie d’Hashimoto), que j’ai accompagné par un traitement, les spécialistes me disant qu’il n’y avait aucune autre solution que la prise de médicament à vie.

 

Puis j’ai été enceinte, j’ai poursuivi mon rythme avec ces phrases en tête « être enceinte n’est pas une maladie », « finalise tout ce que tu dois faire avant ton congés maternité… ». Et mon mari, m’a emmené voir un petit bout de femme, Irene Grosjean, qui me dit alors des choses venant d’un autre monde pour moi, venant du milieu médical classique, bien formaté son discours me semblait fou. Je mets en place quelques petites choses mais je ne suis pas convaincue. Dès 5 mois de grossesse, j’ai de l’hypertension, pas très étonnant vu mon rythme. J’alerte les médecins qui suivent ma grossesse, mais ils ne m’arrêtent pas, tout va bien disent-ils. À 6 mois et demi de grossesse, j’ai une grave infection déclenchant des contractions et donc un accouchement prématuré. Notre fille, Ayana, naîtra et vivra 4 jours pendant lesquels elle nous a donné une leçon de vie immense et nous a guidé sur le chemin qui est le nôtre aujourd’hui.

 

C’est à ce moment-là, que tout a changé pour moi, je ne pouvais et voulais plus travailler à l’hôpital dans cette ambiance négative de perte d’enfants, d’absence de solution sur le long terme, de remise des pleins pouvoirs à une blouse blanche. La venue et le départ de ma fille avaient une raison d’être, la souffrance de sa perte ne pouvait pas être sans perspective. J’ai alors décidé de prendre ma santé en main et d’aller chercher les solutions qu’on me disait inexistantes dans mon environnement médical. Je suis retournée voir ce petit bout de femme qui m’avait dit tant de choses me semblant folle à l’époque, et qui aujourd’hui prenait tout son sens.

Elle m’a accompagné et soigné. J’ai suivi son protocole à la lettre, je n’avais plus rien à perdre et je ne voulais pas d’une épée Damoclès au-dessus de ma tête pour la prochaine grossesse. Je voulais reprendre le pouvoir sur ma santé, sur mes croyances, sur mon expérience, sur ma vie. En 6 mois, je n’avais plus de maladie d’Hashimoto, disparition des nodules sur ma thyroïde et mes analyses étaient normales. Mon premier objectif était atteint. Il restait celui de la construction d’un petit être en bonne santé avec une grossesse allant jusqu’à son terme. Nous avons réalisé, Erwann et moi, un accompagnement d’un an pour préparer cette grossesse en alliant hygiène de vie et nettoyage. Après une année de préparation, nos efforts, notre combat a été récompensé et nous voilà reparti dans cette aventure de la grossesse mais cette fois-ci en santé.

Pendant cette période de nettoyage, tout a basculé, j’ai remis en question tous mes systèmes de croyances, mes vérités absolues ont été balayées, tout un cheminement a commencé à se faire. Je me suis ouverte à un tout autre monde, celui de la santé naturelle et holistique, de la reprise de son pouvoir, de la reconnexion à son instinct… Je me suis alors lancée dans une formation en naturopathie, puis j’ai réalisé de nombreuses formations qui avaient du sens pour moi afin d’élargir mon panel de compétences et je me suis lancée dans l’accompagnement en santé holistique.

Pourquoi l’accompagnement en format coaching ?

Au départ je réalisais les accompagnements à la séance, comme la plupart des naturopathes. Mais cela ne me convenait pas. L’expérience m’a permis d’identifier ce qui me plaît, de trouver ma pratique, celle avec laquelle je me sen bien ainsi que les domaines où je suis la plus compétente et la plus épanouie.

 

J’ai cessé les consultations uniques pour proposer uniquement des formats en coaching ce qui correspond davantage à ma manière d’accompagner. Le but de mes accompagnements est l’accès à une santé et vie autonomes. Pour cela, la personne acquiert des connaissances théoriques, elle comprend son propre fonctionnement (ou celui de son enfant pour les accompagnements des enfants), elle expérimente les outils, elle met en place des actions au fur et à mesure afin que cela devienne des routines et tout cela SANS frustration. C’est tout un cheminement qui se fait sur plusieurs mois et non pas en une séance. De plus, j’aime créer une relation particulière avec chacune des personnes que j’accompagne, un lien de confiance, de proximité, d’échange. Tout au long de l’accompagnement, le lien est maintenu, les échanges sont réguliers afin de soutenir la personne. C’est cette relation d’accompagnant qui m’épanouie.